Des pouvoirs ~ des civils, des élèves, des profs, le personnel scolaire, tous ont rejoint cette nouvelle planète dû à une ancienne Guerre Nucléaire. H/Y/Y accepté (Nouveau Thème)
 

Partagez | .
 

 Superman, le retour. [PV Garry Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saichiko Kozuki
avatar

♥ Fonda douce ♥


164 messages.
Inscrit le 11/03/2014.

What about me ?
Emploi: Étudiante
Pouvoir: Aucun ~ ❤
Situation: En couple



MessageSujet: Superman, le retour. [PV Garry Anderson]   Dim 27 Avr - 6:14

Je suis allée faire les magasins aujourd’hui. Non je n’ai pas acheté grand-chose, juste une breloque pour l’anniversaire de ma mère. Je compte le lui envoyé par coli, ce sera plus facile pour moi. Lorsque je sors de l’allée commerciale je me rends compte que le ciel bleu, les nuages et le soleil ont laissé place à une pénombre uniquement éclairée par la lune et les réverbères. J’ouvre mon sac et y dépose le petit objet dedans, puis j’en profite pour sortir mon téléphone portable afin de regarder l’heure. Je chuchote tout bas pour que personne ne m’entende. Non je ne suis pas folle, je pense juste à haute voix. Pourquoi ne pas le faire dans ma tête ? Question intéressante ! Un jour je vous écrirai une dissertation … un jour peut-être … on peut toujours rêver.

« Déjà 22h … le temps passe vite, j’aurai mieux fait de venir plus tôt dans la matinée. »

Les magasins ferment spécialement plus tard aujourd’hui. Ne me demandez pas pourquoi mais c’est comme cela. Peut-être qu’il savait que l’anniversaire de ma mère approchait. Qui sait ? Nous n’aurons définitivement pas la réponse aujourd’hui. Comme c’est triste, n’est-ce pas ?

Je m’inquiète tout de même car je connais bien les rues de Tokyo la nuit, je sais que ça risque d’être dangereux. Surtout sachant que je me suis rendue dans le quartier commercial le plus chaud lorsque la nuit tombe. J’ai un mauvais pressentiment mais il vaut mieux rester optimiste et donc penser que tout va bien se dérouler.

Par ″tout″ je parle bien sûr de mon chemin vers l’internat. J’ai déjà dépassé l'heure maximum à laquelle nous devons rentrer, j’espère qu’on n’a pas remarqué mon absence, sinon je suis dans de beaux draps. Je dis ça ironiquement bien évidement. Je quitte la rue commerçante et me dirige vers la rue où se trouvent pleins de bars. Je n’ai malheureusement pas d’autre choix que de passer par-là.

Avant de m’embarquer dans la rue où tous les excès sont en quelque sorte permis, j’observe de loin. Pourquoi ? Eh bien … pour savoir s’il est déjà dangereux de traverser la longue allée. Il faut éviter tout contact dans les yeux avec quelqu’un qui est saoul, c’est la première chose à laquelle je pense avant d’avancer plus loin. Mais à première vue, tout semble bien se passer et je ne vois personne qui est déjà bourré. Pour une fois, les alcooliques ne se sont pas encore donné rendez-vous. Sérieusement qu’est-ce qu’il y a d’intéressant au fait d’atteindre un état d’ébriété ?
Je ne parviens toujours pas à comprendre ces personnes.

Je bouge après quelques minutes et ce en baissant la tête. Je vous l’ai dit, je ne dois avoir aucun contact visuel. Après 10m, rien à signaler, seul le klaxon des voitures me distrait ou me fait parfois sursauter mais rien de grave. Il faut vraiment que je me relaxe.
Je lève les yeux. Mauvaise idée Saichiko ! Très mauvaise idée.. Plus loin devant se trouvent 2 adultes visiblement les 2 seuls bourrés de la rue.
Quand je dis loin, c’est à 5m de moi … Tout est relatif bien sûr.

Ils s’approchent de moi, un caresse mes cheveux tandis que l’autre passe son bras autour de mes épaules. Ils sentent l’alcool et pas qu’un peu, je peux même dire qu’ils empestent la vodka. L’un des deux me balance :

« Dis-moi ma mignonne, que fais-tu ici ? En particulier à cette heure. »

Son haleine sens plus fort que ses habits, l’autre homme me regarde et rit à la remarque de son ami.
Je tente de ne pas m’énerver afin de ne pas envenimer la situation.

« Veuillez me laisser tranquille s’il-vous-plait. »

Visiblement ils ne comprennent pas la politesse. Les passants tracent leur route comme s’ils n’avaient rien vu de la scène, me laissant ainsi seule face aux deux hommes costaux, tandis que moi … J’ai à peine de la force pour faire des tractions.
Un des deux hommes dépose sa main sur ma cuisse remontant doucement pour se diriger sous ma jupe. Je dépose mes mains devant mon endroit intime au-dessus de ma jupe pour qu’il n’aille pas plus loin. Sans m’en rendre compte je pousse un cri strident, je ne veux qu’une chose … de l’aide … d’un inconnu, de la police, peu m’importe je veux que quelqu’un me sauve de la situation.
Pitié, venez m'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garry Anderson
avatar

✜ Le saint admin ✜


113 messages.
Inscrit le 29/03/2014.

What about me ?
Emploi: Lycéen
Pouvoir: /
Situation: En couple



MessageSujet: Re: Superman, le retour. [PV Garry Anderson]   Dim 27 Avr - 21:57

Il était tard dans la nuit, quand je décidai de prendre l’air, réellement je n’avais pas envie de dormir et je n’avais rien à faire à l’internat, j’avais envie de bouger, visiter la ville de Tokyo la nuit, je ne l’avais jamais vu avant ou juste alors à travers les grandes vitres de ma chambre.
On m’a racontée tant de chose sur cette cité la nuit tombée, tout change, les ruelles deviennent sombres et les voyous ou les ivrogne sortent  pour faire leurs affaires quotidienne. Peu importe de ce qu’on me disait, je voulais visiter Tokyo, et la voir par mes propres yeux puis je connaissais ce genre de personne et leurs comportements, j’étais resté quelques temps avec ce genre de personne et ils ne m’intimidaient plus.


Bref, j’étais sorti de l’internat en cachette, hé oui, il y avait une porte non surveillée où chaque élève pouvait sortir et rentrer comme bon leur semble, il suffisait juste d’escalader un simple grillage et d’ouvrir la porte, simple non ? Certains élèves qui connaissaient bien le lycée m’en avait informé de son existence. Je me dirigea en premier vers des quartiers calme, des quartiers pour touristes où les commerces sont en abondance, je regardai la vitrine des magasins encore ouverts à cette heure-là, il faisait froid et je gardai constamment les mains dans les poches de ma veste pour les garder au chaud, mais ce n’était pas grave, comme je l’ai dit avant , j’étais ici principalement pour prendre l’air et pour découvrir les lieux.

Sur mon trajet, j’aperçois une grande galerie commerciale au loin, pourquoi pas y allez, après tout je sais que je pourrais revenir discrètement à Veneris. Pour y aller il faut passer par une allée qui m’avait l’air mal fréquenté, les bars jonchait cette rue, les hommes buvait, les voyous squatter…

Bref ce n’était pas le meilleur endroit à traverser, mais ces personnes-là ne me faisait pas peur, j’arrivais à adopter en leur compagnie un visage semblable au leurs,  un visage qui me  « camouflait »  en quelque sorte parmi eux, un visage dur, pas heureux, c’était exactement de cette façon que je n’avais jamais eu d’accrochage avec ces gens-là, enfin j’en avais eu mais à Melbourne mais c’est une autre histoire.

Malgré mon air rassuré, je garde un œil sur les personnes que je croise, des types saoul, des dealers également, j’étais prêt à me protéger à la moindre altercation avec un inconnu, je ne comprends pas ces gens-là même si j’en étais un auparavant, mais ceux d’ici m’ont l’air pire, ils sifflent toutes les filles passant devant leur nez, agressent et rackettent des pauvres personnes innocentes, cela m’exaspère.

Alors que je me balade dans la rue quelque chose attire mon attention, des bruits de débattements, c’était une jeune fille, elle était jeune, elle devait surement être au lycée puisqu’elle portait un sac à dos de cours, elle avait des cheveux violets et  elle était plutôt petite de taille pour l’âge que je lui attribue au premier regard, environ 19 ans je pense. Bref cette jeune fille-là était accompagnée par deux hommes, plutôt ivres, enfin elle n’était pas avec eux, ces hommes-là, l’agressait, la jeune fille semblait avoir besoin d’aide, elle se débattait, j’hésite seulement quelques secondes  avant de courir vers elle.

Les deux hommes avaient l’air costaud mais pas grave, une rapide altercation avec eux allait donner du temps à la jeune fille de s’enfuir.

J’attrape l’un d’eux par le col puis l’envoie à terre avec difficulté, l’autre étonné encore par ce que j’ai fait à son ami resta bouche bée avant de me donner un coup que je me pris en pleine poire, mais cela me permit de le faire tomber en donnant un coup violent sur l’arrière de ses jambes, comme une prise de judo ou je ne sais quels autres art martiaux.

« Enfui toi ! » criai-je à la fille mais celle-ci était un peu sous le choc.

J’attends que  les ivrognes se relève pour savoir si le rapide combat était fini ou non, sur ma bouche s’écoule du sang, il venait de mon nez fracassé, je n’ai pas le temps de réaliser que je saigne qu’une main me prend le bras, c’était la jeune fille, elle veut enfin s’enfuir, et moi aussi par ailleurs, les hommes avaient l’air assez enragés de ce qui venait de se passer.

Ainsi débuta une course, je peux vous dire que je n’ai rarement couru assez vite avec une fille me tenant le bras, mon cœur s’accélère, je suis en plein stress, l’état de la jeune fille me préoccupe aussi, c’était-elle fait mal ?

Je ne sais pas mais à l’instant la grande préoccupation qui m’est revenu à l’esprit est de rentrer au lycée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saichiko Kozuki
avatar

♥ Fonda douce ♥


164 messages.
Inscrit le 11/03/2014.

What about me ?
Emploi: Étudiante
Pouvoir: Aucun ~ ❤
Situation: En couple



MessageSujet: Re: Superman, le retour. [PV Garry Anderson]   Sam 3 Mai - 0:09

Un jeune garçon surgit de nulle part. Je reste encore là sans bouger telle une statue. Enfin, une statue censée être mobile mais qui ne bougera pas sans aide. Une bagarre s’entame et je vois les poings qui commencent à voler dans tous les sens. Au moins les deux hommes ont enfin lâché leur emprise sur mon corps. Je suis libre et pourtant je ne bouge pas.

« Enfui toi ! » Ce cris retenti dans la rue mais mes jambes ne bougent pas, je suis encore sous le choc.

Je prends quelques minutes à me réaliser que les deux hommes se sont mis debout. Cependant le jeune garçon ne bouge pas non plus. Qu’attend-il ? Je vois ensuite le sang qui coule de son nez jusqu’à sa bouche. Les gouttes de sang se laissent aller à une bonne vitesse. Nous n’avons pourtant pas le temps de nous occuper des blessures maintenant. Je me rends compte qu’il ne faut pas rester sur place, après tout nous ne sommes pas des arbres. Si nous voulons nous en sortir avec moins de dégâts qu’il y en a déjà, nous devons nous mouvoir immédiatement.

Je dépose ma main sur son bras et lui fait signe avec ma tête qu’il serait temps de courir, il ne bouge pas directement. Je me mets donc à courir pour lui faire comprendre que nous devons d’urgence partir. Il se met enfin à bouger en accélérant petit à petit. Ma main toujours sur son bras nous courrons, comme si nous allions mourir. Je sais que l’image n’est pas agréable mais je vous assure que nous avons détalé comme des lièvres. Même en sport je ne cours pas à cette allure.

Après facilement 10 minutes nous arrivons dans une autre petite rue mais celle-ci est isolée et parait plus sereine. Je m’adosse au mur d’une habitation et me rend compte que je tiens toujours le bras de mon sauveur. Je le lâche en vitesse pour éviter tout problème. Je n’en peux plus, courir m’a épuisé et j’ai presque du mal à reprendre ma respiration.

J’inspire et expire à grande vitesse tandis que mon cœur s’emballe. Je m’assois ensuite contre le mur et dis entre deux respiration tout en regardant mes chaussures :

« M … Mer …Merci »

Je n’ai pas d’autres choix que de le remercier. C’est vrai, après tout, il est venu me secourir alors que je ne le connais pas. Comment ne pas être reconnaissante, ce ne serait pas gentil de faire comme si de rien était. Je me souviens d’un coup que le jeune homme saignait, je le regarde puis me lève.

« Tu saignais tout à l’heure, on dirait que le saignement s’est arrêté, c’est une bonne nouvelle. J’espère que tu n’as rien de cassé. »

Je sors mon mouchoir en tissus de mon sac puis me dirige vers lui. « Tiens, essuie en dessous de ton nez. »

Je le regarde en souriant. Cependant je ne fais pas attention au temps. Quelle heure était-il ? Serait-il encore possible de rentrer au pensionnat ? Vais-je me faire punir ?
Tout ça m’est complètement sorti de la tête …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garry Anderson
avatar

✜ Le saint admin ✜


113 messages.
Inscrit le 29/03/2014.

What about me ?
Emploi: Lycéen
Pouvoir: /
Situation: En couple



MessageSujet: Re: Superman, le retour. [PV Garry Anderson]   Mer 7 Mai - 21:36

Je suis essoufflé et épuisé, cette petite course m’a bien fatigué, je reprends ma respiration difficilement puis j’essuie le sang restant au-dessous de mon nez avec le mouchoir que la jeune fille m’avait gentiment passée après m’avoir remerciée, elle aussi  est essoufflée et c’est normal, on avait couru pendant une dizaine de minutes à travers Tokyo, pendant la course on ne savait pas où aller, juste se cacher et semer les deux ivrognes était le plus important.

Un léger vent nous rafraîchis, en effet j'ai terriblement chaud, je transpire beaucoup, je décide d'enlever ma veste même si ce n'est pas conseillé, apparemment faut se réchauffer quand on transpire pour ne pas être malade mais là, la chaleur corporelle m'étouffe, j'ai besoin d'air, tampis si je deviens malade.Un petit lampadaire situé non loin éclaire faiblement la ruelle, assez pour y voir en tout cas.

Cette rue est donc un endroit parfait pour se planquer de nos poursuivants qui avaient dû surement abandonner leur poursuite.  Le silence s’installe plutôt rapidement, je ne sais pas quoi dire, je remercie seulement la jeune fille pour son mouchoir, en effet je ne suis surement pas beau à voir, ce coup de poing résonne encore dans ma tête et me procure un grand mal que j’arrive à plus ou moins maîtriser, en effet le coup et ce sprint combinés m’ont fait tourner la caboche.
Le silence règne depuis trop longtemps, nos poumons essoufflés ont repris leur rythme normal puis je déclare :

"Ton sac ? Tu viens de Veneris, non ?"

J’attends patiemment sa réponse mais je me préoccupe surtout de mon nez, je sors mon portable pour m’en servir de miroir et voir le massacre. Je suis assez content, mon nez ne saigne plus et ma tête à toujours une forme normale !

Maintenant que nous étions sains et saufs, je commence à songer à rentrer mais le problème c’est que ce cahotement et cette course m’a complètement perdu, j’ai perdu tous mes repères et je mise surtout sur le sens de l’orientation de la jeune fille surement plus grand que moi.

D’ailleurs je ne sais toujours pas le prénom de celle-ci, alors hésitant je lui déclare :

"Comment t’appelles-tu ?"

"Et d’ailleurs tu vas bien ?"

Je regarde la jeune fille en essayant de trouver une blessure, j’espère que les deux hommes ne lui avaient rien fait avant mon arrivé, l’ont t’ils frappés, bref l’état de la jeune fille me préoccupe naturellement.

En attendant sa réponse je ressortis mon téléphone pour en voir l’heure, il est 23h, il faut rentrer vite. Ainsi stressé je lui demande instantanément sans qu’elle ne put répondre à ma précédente question :

"Tu connais le chemin pour rentrer ?"

Il faut dire que Tokyo est vaste et que c’est facile de se perdre ici, et en plus c’est pire quand c’est la nuit, on ne voit que ce que les lumières nous éclaires et la fatigue monte, surtout après une grande course où les jambes aussi ont souffert.
Bref j’espère que nous allions rentrer au lycée, et s’endormir pour oublier cette histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .



MessageSujet: Re: Superman, le retour. [PV Garry Anderson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Superman, le retour. [PV Garry Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Veneris Academy :: Ville :: Grandes rues ︽ ruelles-